Choisir son déodorant pour peau sensible : 4 ingrédients à fuir !

Vous êtes en quête d’un bon déodorant pour peau sensible ? On vous l’accorde, la tâche est ardue. Alcool, bicarbonate de soude, sels d’aluminium… Éviter certains ingrédients inadaptés peut parfois suffire à faire le bonheur des aisselles à fleur de peau.

Déodorant peau sensible : 4 ingrédients à fuir

Dans quels cas choisir un déodorant pour peau sensible ?

Qu’on se le dise : la peau des aisselles est naturellement sensible. La zone axillaire est en effet particulièrement fine et « boit » les actifs plus franchement qu’au niveau du visage. On vous incite donc à la traiter avec tous les égards qu’elle mérite. Cela implique notamment d’éviter les déodorants façon cocktail Molotov, débordants d’additifs ou d’ingrédients controversés.

Mais il est certains cas où cette sensibilité confine à l’hyper. Si vous vous reconnaissez dans les points suivants, passez d’urgence à un déodorant pour peau sensible. Cela vous aidera à conserver des aisselles confortables, mais aussi à limiter certaines complications post-irritation, comme l’hyperpigmentation.

  • Vous vous rasez ou épilez régulièrement les aisselles, ce qui sensibilise votre peau.
  • Vous ressentez des inconforts sous les bras : irritations, sécheresse ou picotements.
  • Vos aisselles présentent parfois des éruptions cutanées ou plaques rouges.
  • Vous êtes enceinte et les variations hormonales augmentent la réactivité de votre peau.

Le bicarbonate de soude, ennemi des aisselles délicates

C’est sans doute l’ingrédient le plus difficile à éviter quand on cherche un déodorant pour peau sensible naturel et/ou bio. Le bicarbonate de soude (ou bicarbonate de sodium) est un puissant agent désodorisant, champion contre les relents de transpiration.

Il a toutefois un défaut majeur : son pH basique (environ 8,4). Une fois sur la peau, il altère le manteau acide de votre épiderme. Pour rappel, ce dernier est en première ligne de la lutte contre les agents pathogènes. Il est indispensable à l’intégrité de votre film hydrolipidique. C’est pourquoi la moindre variation de pH à la surface de votre peau la rend plus sensible aux bactéries et vous expose à des inconforts.

Aujourd’hui, nombreuses sont les marques à ne jurer que par lui pour son efficacité et son prix modéré. Mais certaines ont à cœur de faire les choses différemment ! Chez Le Moly, par exemple, on lui préfère largement l’oxyde de zinc sans nanoparticules : absorbant, purifiant, apaisant, tout doux pour votre peau.

L’alcool dessèche encore plus la peau

L’alcool est un classique dans les émulsions déodorantes en format roll-on. Il a l’avantage d’apporter un toucher sec éclair à l’application. Ses propriétés bactéricides éliminent les germes cutanés de surface et agissent directement sur la cause des mauvaises odeurs. Lorsqu’il est présent à une concentration suffisante, il joue aussi le rôle de conservateur.

Les peaux sensibles, surtout fraîchement rasées ou épilées, supportent toutefois très mal les solutions alcooliques. Fortement dosé, l’alcool est desséchant et susceptible de provoquer des inconforts. Pour couronner le tout, il sert de véhicule à d’autres substances potentiellement irritantes présentes dans la formule et favorise leur pénétration transdermique.

Attention aux confusions ! Ici, ce sont bien l’éthanol et l’alcool dénaturé qui sont incriminés. Si vous lisez par exemple cetearyl alcohol ou stearyl alcohol sur la composition de votre déo chouchou, pas de panique ! Ce sont des alcools gras. Issus des graisses végétales, parfois animales et minérales, ils se comportent comme des émollients. Ils ont tout à fait leur place dans un déodorant pour peau sensible… surtout s’ils sont vegans !

Les gaz propulseurs, déconseillés sur toute la ligne

Vous êtes une fan de déodorants en spray ? C’est vrai, ils sont plutôt pratiques et permettent de contourner les sensations collantes ou grasses sous les bras. Ce qui est moins réjouissant, c’est qu’ils sont constitués à 90 % de gaz propulseurs.

Il s’agit généralement de propane ou de butane. Or, ces ingrédients emblématiques des aérosols présentent un risque d’irritation pour votre peau, vos yeux et même vos voies respiratoires. Last but not least, ils ont la réputation de venir grossir les rangs des COV (composés organiques volatils) qui polluent notre atmosphère.

Bref, ils n’ont pas grand-chose à faire dans un déodorant pour peau sensible (et pour planète sensible). Aussi, le plus sage est d’éviter soigneusement les déodorants en bombe et d’opter pour d’autres formats et galéniques. Éco-spray, stick, crème ou solide : vous avez l’embarras du choix.

La pierre d’alun, à oublier en déodorant

Si vos aisselles sont délicates, vous êtes probablement tentée de vous tourner vers un déo naturel. Pourquoi pas la pierre d’alun, dont le marché cosmétique est envahi ? Oups, fausse bonne idée. Ce joli minéral est loin d’être un must-have comme déodorant pour les peaux sensibles.

  • C’est un sel d’aluminium. Il présente par conséquent tous les inconvénients des anti-transpirants. Leur modalité d’action repose sur un phénomène inflammatoire local dont les peaux réactives ont tout intérêt à se passer pour préserver leur confort.
  • Son pH est acide : environ 3, quand celui de la surface de la peau oscille entre 4,2 et 6,7 selon les zones. L’application quotidienne d’une substance trop acide menace de déséquilibrer votre flore résidente et de fragiliser votre barrière cutanée.

Il n’y a pas que les peaux délicates qui feraient mieux de faire une croix sur la pierre d’alun. Pour en savoir plus, consultez notre article : La pierre d’alun, déodorant parfait ?

Faut-il bannir les allergènes quand on a la peau sensible ?

Parfums, conservateurs, molécules odorantes des huiles essentielles… Les allergènes autorisés en cosmétique sont nombreux (26, à l’heure actuelle) et font l’objet d’une réglementation européenne stricte. Les peaux « normales » et saines peuvent les utiliser librement.

Ils ne sont problématiques que pour les personnes qui ont enclenché la première phase du mécanisme de l’allergie : celle de la sensibilisation. C’est lorsqu’un composé chimique allergisant s’invite pour la première fois dans votre organisme et se fait cataloguer comme indésirable.

Aussi, soyez prudent si votre peau est sensibilisée, c’est-à-dire si votre barrière cutanée est altérée. Les allergènes ont plus de risques de passer les défenses de votre peau et de titiller votre système immunitaire. De la peau irritée à la peau allergique, il n’y a parfois qu’un pas.

Douceur et minimalisme : le déodorant peau sensible façon Le Moly

Et si votre déo idéal était à portée de clic ? Chez Le Moly, nous formulons des déodorants pour toutes les peaux, même sensibles. Notre différence : un maximum de douceur, de la simplicité ET de l’efficacité. Car oui, un déodorant naturel et efficace, c’est possible !

Trouvez votre déodorant pour peau sensible dans notre catalogue de déodorants crème sans bicarbonate de soude. Avec ou sans huiles essentielles, c’est comme vous voulez. Le bonus ? Ils sont végans et certifiés Cosmos Organic par Ecocert !

 

Gardez ces conseils et astuces sous la main ! Epinglez-moi ;)

Déodorant peau sensible : 4 ingrédients à éviter

 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés